Renaissances

Lande

Plurielles

Espérance

Terre humide 
Où je me dresse, 
Tu es, Lande, 
Terre de liqueurs 
Et de rosées.

Terre de plaisir 
Qui épanche son désir 
De soleil et de cîmes.

Terre de désir 
Offerte au plaisir 
Qui accueille ma sève 
Et accomplit mon rêve.

Terre de tendresse 
Où se mêlent 
Et se caressent 
Chairs et racines 
A l'humus de nos mains.

Terre de confiance 
Où s'inventent 
Ailes de présence 
Et folles espérances, 
Où se rêvent et se fondent
Félicités et jouissances.

Terre féconde 
Où flottent et soufflent 
Des airs de Mélodie.

Terre d'église 
Et de bénédictions 
Où je nais et renais 
A tes soleils et saisons, 
Moi l'arbre de vie, qui bois 
A tes sources secrètes 
Des humeurs plurielles;
Le sang de ta terre.

Je te salue
Plurielles,
Ma tendresse 
Est avec toi.

Vous,
Femmes de Chair et d'Esprit,
De Cris et de Silences,
Si Singulières
A mon Coeur.

Je suis Celui
Qui naît avec vous
Dans la souffrance,
Qui crie avec vous
Dans la Délivrance,
Qui chante avec vous
Dans la Jouissance,
Qui chemine avec vous
Dans l'espérance.

Vous êtes,
Plurielles,
Femme de foi,
Soeur éphémère
De mes nuits d'insomnie,
Amante souriante
De mes Désirs renaissants,
Compagne dans l'Éternité

C'était
Le jour des magiciens.
Par dessus le rire 
Des enfants,
Nos regards 
Se sont cherchés et croisés,
Donnés timides bonjours 
Et sourires.

Tu étais
Comme je l'espérais;
Douce et sauvage;
Habillée comme j'aime,
Un peu dévêtue.
Ta poitrine
Vivante et frémissante
Se laissait deviner
Avec timidité.

Ensemble,
Nous sommes allés
De jardin en Espace,
D'Aquitaine en Ardennes,
Dans cette galaxie
Ou Amitié et Adversité
Sont villes réconciliées.

Tes caresses
Généreuses,
Légères et ardentes,
T'ont faite Terre Promise,
Car tu es Fille
D'espérance.

 

é

Paul FAICHE - 1987 -1989

RetourCruelle frégateRenaissances Juge Lou Juge Cha