Juge Lou

La Médiation 
à coups de canon

ou 

"Le Juge 
qui voulait se faire médiateur"

par
Paul Faiche

Il advint que Petit TOM,
Écarté 
De sa famille paternelle,
Fut dépaysé,
Puis éloigné
En de lointaines contrées,
Par une mère 
Déchaînée et révoltée.

è

Comment
Faire grandir Petit TOM
Se demandait le père,
Et grandir avec lui?
Il disait:
Il faut la Paix,
Et non 
Le silence des canons.
Il appela alors à une Justice,
Qui respecte les familles,
Permette le pardon
Et rende sa dignité
A l’enfant détourné
Et à sa fratrie oubliée.
ê

à la manière  de Monsieur 
Jean 
de La Fontaine

 

1992

Première salve

A la demande du père,
Médiation par devant Médiateur,
Juge LOU
Pour ménager son imperium,
Répondit comme l’Ecclésiaste
Qui n’aime que lui même:
Médiation par devant Elle,
Médiation à coup de canons. 

 Il est midi! L’heure de bâiller;
A peine s’est elle promue médiateur,
Que juge LOU,
S’ennuie déjà de médiatiser.
Il n’est plus l’heure !
D’école bilingue,
Projet du père et de l'enfant
On ne parlera point.
Et juge LOU clôt l’audience.
Qu’on se le dise:
Le temps des canons
N’est pas le temps des projets !

è

Deuxième salve

Petit TOM prête à son père
Sa curiosité d’enfant
Et apprend quelques mots
D’allemand.

Vient alors le temps de concourir,
Et, avec lui, revient le temps des Non.
Veto de la mère !
Furieuse de cette prise de langue,
La mère ramène tout à la raison
De la langue maternelle.
Non! dit elle, Petit TOM n’ira pas
Au pays de son père.

Et Pan!
Sur l’expression de la différence
Si chère au révérend CLOU.
Il y a des limites à la différence
Comme à la tolérance !

ê

 

Troisième salve

 Devant juge LOU,
Appelé à la rescousse
Petit TOM,
Dit la mère en audience,
Ne veut point entendre 
Allemand,
Mais anglais.

Et Pan!
Sur la loyauté de Petit TOM
A l’égard de son père.
Invité après ce coup à parler,
Petit TOM
Préfère se taire
Et pleure dans le silence.

Pleurs de mères aussi,
Car Juge LOU, 
Empêtrée 
Dans ses formalités
Autorise Petit TOM
A concourir,
Ce que refuse sa mère.

è

Quatrième  salve

A peine naissant,
L’amour de Petit TOM
Pour la langue paternelle
S’enfuit tout aussitôt,
Avec son âme d’enfant.

Désormais docte et réfractaire,
Il n’y a plus, dit l’enfant mère,
Qu’anglais qui m’aille !
Interdit d’allemand,
Petit TOM vivra, dit il,
Quand il sera grand,
Au Canada.
On n’y parle
Ni anglais, ni allemand,
Mais sa langue.

Petit TOM est loyal
Avec son père,
Il concoure.
Toujours loyal
Avec sa mère,
Petit TOM échoue.

ê

 

Cinquième salve

 En guise d’apaisement assuré,
Consulté,
Révérend CLOU
Qui officie en psy
Et fréquente Juge LOU,
Assidûment,
Sort un Statu quo
Et des Tiraillements
Pour enfoncer le clou.

Et Pan!
Sur le père et l’enfant.
 Protection et Rassurance,
Ne sont pas affaires de pères
Mais mamelles de mère,
Dit cet Ex-et-lent ex-pert
Qu'on se le dise.

è

Sixième salve

Protégé et rassuré,
Sans générosité,
A coups redoublés
D’intimidations
Et séductions,
Dont seuls ont le secret
Mères et experts,
Petit TOM abonde en rassurances.
Non! dit en audience,
Cette docte mère;
Mon enfant ne veut pas
Aller chez son père!
Il me l’a dit.

Et Pan! encore
Sur la loyauté de l’enfant
A l’égard de son père.

ê

 

Septième Salve

  Peu enclin à regarder
Avec des yeux d’enfant,
Juge LOU,
Ne voit de la bataille
Que les tiraillements
De Révérend CLOU,
Lui même partagé
Dans ses loyautés
Par le choix insensé
Auquel il se croit appelé

 Mais alors, pense tout fort,
Notre juge médiateur
Si Tiraillements il y a
C’est qu’il y a Tirailleur!
Et le sang de notre juge de cour
Médiateur improvisé,
Et canonnier de coeur
Ne fait qu’un tour.
Adieu, donc,
Justice, Vertu et Loyauté!

è

Huitième Salve

Faisant fi
Des violences à loyauté,
Colères de mères,
Et bruits d’experts
,
Volontaire et décidée,
Juge LOU est fascinée
Par la violence et les odeurs
De mitraille et de bataille.

Elle fait Pan Pan,
Encore,
Sur le Père-tubateur
Forcément Tirailleur,
Pour faire,
Comme à l’ordinaire,
Morale judiciaire.

Selon que vous serez,
Mères ou pères,
Ordonne Juge LOU,
Vous serez,
Puissants ou misérables,
Honorés ou coupables.

é

Retour Cruelle frégate Renaissances Juge Lou Juge Cha