La Bélogue
Accueil > Art de vivre > L’ami Wladimir > L’ami Wladimir

L’ami Wladimir

La lecture nous permet d’accéder à l’expérience de l’autre, et il arrive que nous soyons particulièrement sensible à certains écrits, lorsque l’émotion intellectuelle se transforme en affect, ou bien, lorsque le "verbe se fait chair" , comme il est dit dans les évangiles. Avec quelques autres, Wladimir Jankelevitch est une de ces personnes dont les écrits me sont chers et résonnent avec mon existence. Ces écrits m’accompagnent dans la recherche d’un art de vivre.

Articles de cette rubrique


Fainéants, ceux qui entendent sauver le progrès de civilisation que constitue le programme du CNR ? (L’ami Wladimir)

mardi 26 septembre 2017 par INVITES

Les études philosophiques du président de la République l’ont porté vers Paul Ricœur et John Rawls. Mais ses propos récents et anciens concordent mal avec de tels penseurs.

Ce texte de Henri Peña-Ruiz, écrivain et philosophe, a été publié sur Le Monde du 26 septembre à la rubrique Débats et Analyses.



« Le Prophète », un vrai programme présidentiel ! (L’ami Wladimir)

samedi 25 mars 2017 par Paul FAICHE

L’heure des élections présidentielles sonne en France comme une fin de monde. Les faux prophètes prolifèrent sur les écrans et prétendent inscrire la France dans leur trace, leur modernité ou leur post-modernité pour les plus défoncés, trans-humanistes et féministes ; ils dessinent un futur ... indésirable. A défaut de social, le sociétal est leur langage, famille et procréation les cibles favorites de leurs fantasmes, et ... le patriarcat à la lanterne, en guise de programme.
Dans « Le Prophète », Khalil Gibran, poète libanais qui vécut il y a un siècle, nous donne sa vision du monde et de l’essentiel : un vrai programme présidentiel, pour le gouvernement de soi !



La démocratie, une philosophie paysanne (L’ami Wladimir)

vendredi 8 juillet 2016 par INVITES

Mettre en relation les paysans et l’essor des démocraties dans le monde, c’est donner du relief à diverses perplexités souvent occultées. C’est d’abord constater que les paysans ont été exclus de l’histoire, qui a progressivement mené à l’établissement des démocraties libérales.

Article de Joëlle Zask, Professeur de philosophie à l’université d’Aix-Marseille, publié dans la revue "Les Possibles" d’ATTAC.



Retraite en Champagne Ardennes

Colloque imaginaire (L’ami Wladimir)

Visite à la cathédrale de Reims
mercredi 13 avril 2011 par Paul FAICHE

Voulues à la gloire de Dieu et témoignages du règne de la chrétienté pendant le moyen age, les cathédrales sont des maisons du peuple et de la culture ; elle sont des fruits de l’esprit, des mains et de la sueur humaine ; ce sont aussi des vaisseaux pour affronter les temps, bons et mauvais. Dans ces lieux attachants, où forme et fond sont unis, il y a un "je ne sais quoi" qui stimule les sens et aiguise les visions, qui favorise le recueillement et la réflexion, qui aide à donner du sens et à tracer les perspectives ... Voici le récit, mis en images et en textes, d’un vagabondage de la pensée lors d’une visite rendue à la cathédrale de Reims … et à sa précieuse carterie.



Entre peur et désir

Bouquet de pensées positives (L’ami Wladimir)

Extraits concentrés et sélectionnés de sagesse humaine
vendredi 25 février 2011 par Paul FAICHE

Florilège de citations pour éclairer le chemin de l’existence, avec les participations de Joan Borysenko, Boudha, Georges Barbarin, Philippe Besson, Eileen Caddy, Richard Carlson, Chérie Carter-Scott, Albert Coccoz, Paulo Coelho, Richard David Bach, Isabelle Filliozat, Emmet Fox, James Gray, Charles F. Haanel, Wladimir Jankelevitch, Lao Tseu, Martin Luther King, Og Mandino, Rainer Maria Rilke, Dagpo Rimpoché, Jim Rohn, Robert Harold Schuller, Sénèque, Voltaire, Bernard Werber, la coopération de l’excellent site « Vivre son rêve », et, pour point de départ, cette pensée issue d’un poème d’Antoine Trémollières : « De la révolte je voudrais passer à la patiente intelligence, à une sorte d’espérance. »



Le je ne sais quoi et le tout ou rien

Il est temps à tout moment (L’ami Wladimir)

L’occasion, cet instant béni
vendredi 25 février 2011 par Paul FAICHE

Pour Vladimir Jankélévitch, philosophe et moraliste, la morale est, en l’humain, ce qui prend appui sur la pesanteur et sur tous les déterminismes de l’intervalle pour lui permettre d’agir, de s’élancer hors de lui vers l’autre instantanément. Il est, à la suite de Bergson, le philosophe du devenir, qu’il veut surprendre « sur le fait », « en train de » devenir, en flagrant délit, en équilibre sur la fine pointe de l’instant ! Qu’il parle de la mort, de la liberté, de l’intention, de l’intuition, de l’acte, et finalement de l’amour, il tente d’encercler l’instant au plus près et des deux côtés, avant, dans le « pas encore », et après, dans le « jamais plus ». Il s’entretient ici avec Béatrice Berlowitz de l’occasion, cet instant béni et indéfiniment réitérable.



Amour aimant, amour aimé - II

L’amour est plus fort que le mal, et le mal plus fort que l’amour (L’ami Wladimir)

Et ainsi, à l’infini
samedi 6 novembre 2010 par Paul FAICHE

Cet extrait des entretiens entre Wladimir Jankelevitch et Béatrice Berlowitz porte sur l’amour et fait suite au pardon, forme substitut de l’amour. Wladimir nous parle ici de l’amour passion, de l’amour pur, de l’amour réciproque et mutuel, toutes faces de l’amour qui coexistent et se succèdent dans l’existence, à tout instant, comme les battements de coeur signent la vie.



Amour aimant, amour aimé - I

Le pardon est plus fort que le mal, le mal est plus fort que le pardon (L’ami Wladimir)

Et ainsi, à l’infini
samedi 6 novembre 2010 par Paul FAICHE

Dans ce nouvel extrait de ses entretiens avec Béatrice Berlowitz, Wladimir Jankelevitch aborde la question de l’amour, de l’amour aimant, de l’amour aimé. Dans un premier temps, qui fait la matière de cet article, il nous parle du pardon, ce problème insoluble. Dans un second article, "L’amour est plus fort que le mal et le mal est plus fort que l’amour", il nous parle des multiples formes de l’amour.



Espérance

La saison est belle et ma part est bonne (L’ami Wladimir)

La Fiancée du vent
dimanche 31 octobre 2010 par Paul FAICHE

En s’aidant du mythe d’Eurydice et d’Orphée, Wladimir Jankelevitch compare l’espérance à la Fiancée du vent, cette fleur des steppes qui pousse dans le sable des racines si superficielles ...



Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 216944

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Art de vivre  Suivre la vie du site L’ami Wladimir   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License