La Bélogue
Atelier « Sur le fil »

Un fil pour deux

Suivi de « Le fil ou la vie »
samedi 29 octobre 2011 par Paul FAICHE

Le thème de l’atelier d’écriture du jour chez Margot est le « fil » ; nous écoutons une chanson et piochons quelques mots qui retiennent notre attention, nous choisissons une image ou deux, et l’on se met au travail ...

Un fil pour deux

Voilà des jours et des jours que je marche sur ce fil tendu si haut dans le ciel, qu’il se noie parfois dans les nuages. Je ne sais plus d’où il vient et je ne sais pas où il va, mais j’avance sur cette corde raide, tel un funambule, avec l’attention pour seule assurance.

Et voici que s’annonce au loin un nuage où va se perdre le fil ; je serai caché à la vue de ceux d’en-bas. Seul et délié de tout, ma vie ne tient plus qu’à ce fil qui coure sous mes pieds et dont les seules oscillations et vibrations perçues et senties me relient aux dangers de l’autour et de l’ailleurs ...

Au loin, dans la brume et les halos de la lumière du nuage, une ombre apparaît !

Sur mon fil !!

L’ombre hésite, elle marque le pas.

Elle m’a vu me dis-je, et mon cœur s’emballe à la perspective de cette rencontre impossible ; le fil de ma vie défile en un bref instant ; N’aie pas peur me dis-je pour me rassurer.

L’ombre fait un pas, j’en fais un autre.

N’ayez pas peur lui dis-je, et la marche reprend hésitante. Impossible de reculer, la vie est devant, et j’avance vers l’ombre. Elle s’approche, grandit et et se précise peu à peu en émergeant de la brume.

Quoi !! Une fille ! Sur mon fil ! et moi, sur le sien !

Nos vies ne tiennent qu’à un fil, celui ci, le mien, le sien.

Allons nous nous disputer le fil commun, chuter peut être, seul, ou l’un et l’autre ?

Ou bien allons nous apprendre là, sur ce fil, à faire, un temps, « fil ensemble » ? Glorifier la vie de nos habiletés, croiser nos chemins sans heurts ni dommages ?

Alors, commence sur ce fil un étonnant combat entre deux funambules, intimidations, flexions, contorsions, hésitations, courages et fuites ; une forme de danse telle une danse nuptiale aux épousailles de la vie.

Avec d’infinies précautions et attentions, avec des prouesses d’équilibre, de prises et d’appuis, de confiances accordées et partagées, les chemins des deux funambules se croisent dans le ciel.

Un fil pour deux. La victoire est là, et la vie est sauve ; et déjà les ombres s’espacent assurant chacune leurs appuis aux moindres vibrations du fil en tension.

La vie continue.

Le fil ou la vie

Le fil de la vie est tel une route ; on la parcoure, emporté par ses lignes et ses sinuosités, avec pour seul guide, un sillon blanc, à peine perceptible, qui marque le milieu des lieux et nous garde de ses bords incertains ; un sillon qui a été tracé pour nous servir de fil, jadis, mais dont on voit encore les traces aujourd’hui, enfermés que nous sommes par des fils invisibles, tissés par nous mêmes ou par « on ne sait qui », fils qui nous guident et nous maintiennent sur une route au destin incertain.

A gauche comme à droite, s’étend l’au-delà de la route ; brouillards et brumes ensoleillées donnent au lieu une blancheur immaculée et brouillent les formes, que l’on croit deviner en ces lieux où vit l’au delà de soi.

Libres ou contraints, le résultat est le même, la route nous aspire et nous invite à renoncer à notre curiosité, alors que la vie pousse à son éveil.

Seriez vous tenté par l’aventure de l’exploration et de la découverte de cet au delà, brumeux et mystérieux, que se montreraient alors les fils invisibles des habitudes, et ceux, barbelés, de fer et de pouvoirs, qui, tous, dissuadent, immobilisent et enferment.

Mais voilà qu’en les approchant, au lieu de les fuir, l’on voit ces fils terrifiants, colonisés par des laines, duvets et plumes errantes, enfermés dans les fourreaux protecteurs que tresse la vie animale et végétale, qui les enlacent pour les émousser, s’y appuyer, et atteindre à sa part de soleil.

La vie échappe toujours aux routes toute faites ;

Des fils et des fers, elle n’a que faire.

Haïkus et Acrostiche

La vie est combat,

A dit Mère Thérésa !

Lors, accepte le.

.

Au fil du temps,

Les souvenirs s’effacent.

Ainsi va la vie.

.

Feu

Illumination

La lumière est là !


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 282 / 218120

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Chez Margot, l’atelier d’écriture   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License