La Bélogue

La Bélogue

Faire grandir sa propre liberté est une contribution honorable aux libertés humaines. Porteuse de ce sens, la Bélogue rejoint le peloton des belogueurs et belogueuses de l’internet. Elle est un hymne à la vie et aux valeurs républicaines indivisibles de Liberté, d’Egalité, de Fraternité … et de leur descendance, Solidarité et Santé.

Articles les plus récents


Articles les plus récents


Le hold up des réformes structurelles

Comment le droit du travail a été démantelé en Europe ?
mercredi 27 décembre 2017 par INVITES

Le droit du travail a été démantelé en Europe, sans produire aucun bénéfice sur l’emploi et les gens. L’Allemagne, la Grèce, l’Italie, la Roumanie, ou encore l’Espagne... Et maintenant la France. Ces dix dernières années, la plupart des pays de l’Union européenne ont subi de profondes réformes du droit du travail. Officiellement, au nom de la lutte contre le chômage. Mais les études réalisées depuis, y compris par les institutions les plus libérales, sont unanimes : leur impact sur l’emploi a été minime. En revanche, ces politiques se sont traduites par une explosion de la précarité et une baisse des rémunérations pour les salariés. En France, la politique de Macron renforce cette tendance.
Le site Cadtm.org, publie cette enquête grand format sur le hold-up des « réformes structurelles » menée par les journalistes de Basta ! en collaboration avec lceux d’Investigate Europe.



Adieu Johnny, adieu conscrit.

samedi 9 décembre 2017 par Paul FAICHE

La chute du temps semble s’accélérer ; notre âme gauloise pourrait craindre que le ciel ne lui tombe sur la tête, d’autant que 2017 a vu nombre d’étoiles rejoindre la terre commune. Au ciel des étoiles, la lumière de Johnny s’est éteinte quelques jours après que celle de Jean d’Ormesson ait cessé de briller. Ses derniers mots, ceux de Jean d’Ormesson - « La mort elle-même ne peut rien contre moi » - conviennent aussi bien à Johnny ; leurs oeuvres bien différentes témoigneront longtemps, maintenant que nous sommes à l’heure des médiathèques où la voix des troubadours rejoint la mémoire de la littérature.
La vie est plus forte que la mort ; la mort n’est pas à redouter.
Johnny Halliday était mon conscrit, il était yéyé et je ne l’étais pas. Au fil du temps, ses airs et sa poésie me sont devenus familiers. Johnny m’avait apprivoisé.



A quelles conditions la Finance pourra t’elle devenir Durable ?

Par « Finance Watch »
samedi 9 décembre 2017 par INVITES

Après la crise, le G20 a fixé un programme de réformes financières axé sur la perspective prudentielle : « faire en sorte que le financement ne nuise pas à la société ». Dix ans plus tard, l’élan donné à la finance durable nous ramène à la question plus fondamentale de la finalité de la finance dans la société. Les dirigeants mondiaux ont convenu d’objectifs sociétaux ambitieux, tels que l’Accord de Paris et les Objectifs de développement durable (ODD) plus larges, mais pour les soutenir, la nécessité est apparue à tous de réorienter les flux financiers.



Contre les visions catastrophistes du COR

Un bel avenir des retraites est à portée de main

vendredi 1er décembre 2017 par INVITES

La France a l’un des systèmes de retraites les plus performants. Grâce à lui, le niveau de vie des retraités est similaire à celui du reste de la population. Grâce à lui, notre pays peut s’enorgueillir d’avoir l’un des taux de pauvreté chez les retraités les plus faible au monde. Le cœur de notre système est simple : nous avons fait le choix social de prélever chaque mois, sous formes de cotisations, une fraction de la valeur ajoutée afin de payer les pensions. C’est le choix politique de la répartition : une part de la richesse produite est prélevée pour être répartie afin de financer les retraites (mais aussi les prestations santé, chômage, famille ... ). Nulle accumulation financière ici. Et c’est heureux.

Par Christophe Ramaux et Henri Sterdyniak - Economistes atterrés - juin 2017



Cotisation Investissement

Financer la production sans crédits ni intérêts

Pour une production utile et respectueuse de l’environnement et des droits des producteurs
mardi 28 novembre 2017 par Antoine SEREINE

Le travail de Bernard Friot et de « Réseau Salariat » vise la réalisation, dans le domaine économique, de la vieille promesse, jamais tenue, de la République aux citoyens du pays des droits de l’homme, de « naitre et demeurer libres et égaux en droits ». Le « statut politique du producteur » et le « salaire à vie » sont les premières pierres de l’édifice en construction. La nouvelle brochure « Caisses d’investissement et monnaie » défriche les moyens à mettre en oeuvre pour organiser une production, respectueuse des droits des producteurs et libérée des crédits et intérêts qui signent l’exploitation capitaliste.



La malédiction économique de la finance

L’excès de finance tue la finance
mercredi 22 novembre 2017 par INVITES

Et si Paris, Francfort ou Luxembourg avaient tort ? Et si la course pour attirer les financiers chassés de Londres par le Brexit était une hérésie économique ? Et si, dans leur sillage, ces « maîtres de l’univers » n’apportaient qu’inflation immobilière, détournement des « talents » vers une activité non productive, et inégalités sociales ?

Par Eric Albert, correspondant du « Monde » à Londres.



Sécurité Sociale

Droit ou assistance ?

vendredi 17 novembre 2017 par INVITES

La campagne électorale présidentielle française avait commencé avec une plaisanterie involontaire du candidat Les Républicains (LR) autour d’une histoire de rhume — le gros et le petit.
Si M. François Fillon devenait président, le premier serait remboursé par la Sécurité sociale, l’autre pas… sauf « si ça tourne mal », tentait alors d’expliquer un de ses proches, M. Jérôme Chartier (1).
Il entendait illustrer par là la réforme radicale imaginée par son poulain : seuls les gros risques seraient désormais assurés. Les autres se verraient plus ou moins pris en charge par les complémentaires santé. Comme quoi l’ex-président-directeur général de l’assureur Axa, M. Henri de Castries, n’était pas conseiller du candidat pour rien.



Sécurité Sociale

Une cathédrale pour le XXIème siècle

Histoire de sa création dans l’après guerre mondiale
vendredi 17 novembre 2017 par INVITES

Avec Macron, la privatisation de la Sécu est en marche forcée : augmentation de la CSG (contribution sociale généralisée), milliards d’euros “économisés” (et lits d’hôpitaux en moins), chasse aux fraudeurs, augmentation du forfait hospitalier… Pour comprendre pourquoi on devrait défendre la Sécurité sociale avec acharnement plutôt qu’accepter béatement sa destruction méticuleuse, nous revenons sur les conditions de sa création et son histoire avec Michel Étiévent – historien militant né dans la même maison que l’homme à l’origine de la Sécu – dans le numéro deux de notre revue.
Construite envers et contre le Capital dans un pays ruiné par la guerre, la Sécurité sociale est probablement le service public qui a le plus changé la vie des Français au siècle dernier.



Premier de cordée

Les riches, un fardeau pour la collectivité

samedi 11 novembre 2017 par INVITES

Les riches sont rarement des premiers de cordée. En règle générale, les premiers sont des guides de montagne. Mais le président Macron aime à le penser : il défend le principe selon lequel la richesse des « premiers de cordée » peut sortir la société de la crise. Mais pour Didier Harpages, l’auteur de cette tribune publiée dans « Reporterres », la recherche de la richesse économique ne fait en rien le bien commun.

Didier Harpagès est l’auteur de « Mourir au travail ? Plutôt crever ! » - Ce qu’est le travail et ce qu’il pourrait être - qui vient de paraître aux éditions Le Passager clandestin.



Réseau Salariat

Manifeste pour un statut politique du producteur

jeudi 9 novembre 2017 par INVITES

En matière d’emploi et de production, la logique du capital est de décider, seule, et d’enfermer chaque salarié dans sa propre exploitation.
Rompre avec cette logique nécessite de lui opposer une expression positive des salariés affirmant qu’ils sont les créateurs exclusifs de la valeur économique. Pour ce faire, il s’agit d’instaurer un « statut politique du producteur », s’étendant à toutes les catégories de travailleurs, qu’il s’agisse de salariés de la fonction publique ou du secteur privé, des travailleurs indépendants, des actuels retraités, parents, chômeurs et étudiants, et les instituant en créateurs et décideurs exclusifs de la valeur économique ; c’est donc aussi la fin de la propriété lucrative, un des fondements du capitalisme.

Les explications de Réseau salariat, en vidéo, sur le Manifeste.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 218120

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License